Select Page

Ici vous pouvez télécharger la leçon en pdf.

On dit que la formation du caractère est l’œuvre la plus importante qui ait jamais été confiée aux êtres humains. Durant l’heure qui va suivre, nous explorerons à la fois le privilège et la responsabilité que nous avons qui est d’avoir un caractère semblable à celui de Christ. Joignez-vous à nous pour ce puissant moment de renouveau personnel, alors que Pasteur Stephen Wallace nous emmène « De gloire en gloire. »

Heureux de vous voir, j’apprécie vraiment votre présence. Ce moment, je l’attends depuis que nous en avons parlé pour la première fois, il y a plusieurs semaines de cela. C’est un privilège pour moi d’être ici. Je suis si heureux que vous ayez choisi de venir ce soir et j’espère et prie que vous ferez le choix de continuer à venir. Nous lançons ce soir un séminaire très intense intitulé « De gloire en gloire, » et vous savez déjà si vous avez avec vous votre dossier contenant les fiches et des feuilles pour prendre des notes.

Nous allons étudier ensemble l’œuvre la plus importante jamais confiée aux êtres humains. Qu’allons-nous étudier ? L’œuvre la plus importante jamais confiée aux êtres humains. Quelle est-elle ? Quelle est l’œuvre la plus importante jamais confiée aux êtres humains ? … Parce que vous avez les dossiers en main vous répondez, « La formation du caractère » et c’est une bonne réponse, très logique. Mais vous savez, généralement, quand on pose cette question, les gens répondent « gagner des âmes. » D’autres disent « Partager notre foi, voilà l’œuvre la plus importante. » Et je suppose que ces réponses vous sont venues à l’esprit quand j’ai posé cette question. Mais est-ce réellement l’œuvre la plus importante ? Une question : pouvons-nous gagner des âmes efficacement si nous n’avons pas un caractère semblable à celui du Christ. Le pouvons-nous ? Non, ce n’est pas possible. Mes chers amis, pour que nous soyons des gagneurs d’âmes efficaces, nous devons être des chrétiens aimants et aimables. Amen ? Comme le dit Paul : « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. » {1 Cor 13 :1}

Chers amis en Christ, sachez que vous pouvez tout à fait mettre quelqu’un au pied du mur en lui exposant les 27 croyances fondamentales… Non il y en a 28 maintenant, n’est-ce pas ? Nous pouvons avoir ces 28 croyances en tête, textes clés à l’appui, et en même temps, éloigner les autres de Jésus Christ. Est-ce que vous l’admettez ? Est-ce que cela est possible ? J’ai bien peur que oui. Sachez que pour vraiment emmener les autres à une relation salutaire avec Jésus-Christ, l’important n’est pas tant de convaincre leur raison mais plutôt de toucher leur cœur. Amen ? Certes, la raison doit être convaincue en ce qui concerne la vérité, mais le cœur doit être touché par Celui qui est la vérité. Amen ? C’est seulement à ce moment que la volonté, c’est-à-dire le pouvoir de décision, de choix, est conquise par le Seigneur d’amour, et c’est cela qui mène à une conversion authentique. Mes chers amis, pour emmener des gens à vivre ce genre d’expérience, nous devons faire plus que les convaincre que nous avons la vérité. Nous devons laisser Celui qui est la Vérité les aimer à travers nous. Amen ? C’est pour cela qu’il y a une œuvre plus importante encore que de gagner des âmes. Et cette œuvre est en fait un prérequis essentiel pour gagner des âmes efficacement.

Passons donc à la leçon 1, qui est intitulée « Introduction » dans votre dossier. Je vais lire un passage inspiré qui répond à la question que j’ai posée : Quelle est l’œuvre la plus importante jamais confiée aux êtres humains ? Elle se trouve dans le livre Education, page 225, première entrée, [paragraphe] 3 : Je cite, écoutez-bien ! « Former le caractère ! Jamais œuvres plus importante n’a été confiée aux hommes. Jamais il n’a été aussi essentiel qu’aujourd’hui de s’y consacrer avec soin. » Quelle est donc l’œuvre la plus importante mes amis ? Quelle est-elle ? La formation du caractère. La formation du caractère est l’œuvre la plus importante jamais confiée aux êtres humains, et prêtez attention à la dernière phrase : « Jamais il n’a été aussi essentiel qu’aujourd’hui de s’y consacrer avec soin. » Essentiel quand ? « Aujourd’hui. » Pourquoi est-ce si importante aujourd’hui ? Parce que le Roi revient bientôt. J’ai entendu deux « amens » très discrets. Je vais vous donner une seconde chance. Pourquoi une l’étude diligente de la formation du caractère est si importante aujourd’hui, plus importante qu’elle n’a jamais été ? Parce que -préparez-vous- Le Roi revient bientôt ! {Amen !}. Oui ! Je pensais bien qu’il y avait des Adventistes ici ce soir, ceux qui croient à l’imminence du retour de Jésus-Christ. Mes chers amis, de de tout mon cœur, je crois que Jésus revient bientôt… de tout mon cœur.

En fait, j’insiste, et s’il vous plaît écoutez-moi bien ! J’insiste sur le fait qu’il est impossible d’avoir une compréhension intelligente des événements prophétiques de la fin des temps, ainsi qu’une compréhension des événements présents, sans en venir à la conclusion que Jésus revient très, très bientôt. Les signes des temps sont très clairs. Vous rendez-vous compte qu’il reste très peu de temps ? Et pourtant il reste tant à faire. Il reste tant à faire. Le monde doit être prévenu, « un Evangile éternel » doit être « annonc[é] aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. » {Ap 14 :6} Un message spécial, appelé « Le Message des Trois Anges ». C’est pour proclamer ce message que cette église a été élevée, afin de le présenter comme le dernier appel de la grâce encourageant tout un chacun à entrer dans une relation salutaire avec Jésus-Christ. Cette œuvre doit être accomplie. Ce message doit être annoncé au monde entier. Et nous devons nous préparer durant cette vie afin d’être prêtes à aller à la maison avec Jésus quand il viendra. Voici l’essence du travail que nous avons à faire. Nous devons annoncer cet évangile « à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple » {Ap 14 :6} et nous devons nous préparer. {Ap 14 :7} Mais s’il vous plaît mes chers amis, entendez-moi. S’il vous plait, entendez-moi ! Pour accomplir ces deux taches avec succès, un élément est central. Lequel ? La formation d’un caractère semblable à celui du Christ. Amen ? Pourquoi ? Parce que nous ne pouvons ni être les témoins efficaces du Roi, ni être de bons citoyens du royaume si nous n’avons pas un caractère semblable à celui du Christ. Je veux le répéter, et il est probable que vous l’entendiez encore au cours de cette série. Nous ne pouvons ni être les témoins efficaces du Roi, ni être de bons citoyens du royaume, si nous n’avons pas un caractère semblable à celui du Christ. Le roi revient bientôt, mes chers amis, et développer un caractère semblable à celui de Christ prend du temps {5T 618.1} J’insiste donc sur la véracité cette déclaration citée au début : Education, page 225 : « Former le caractère ! Jamais œuvres plus importante n’a été confiée aux hommes. Jamais il n’a été aussi essentiel qu’aujourd’hui de s’y consacrer avec soin. » C’est aujourd’hui qu’il est important de s’y consacrer. Et c’est précisément ce que nous allons faire ensemble dans les jours qui viennent.

Nous allons étudier avec soin ce que l’Eternel a dit sur ce sujet de la plus haute importance. Et je veux vous prévenir dès à présent : je n’ai pas fait tout ce trajet depuis le Montana pour partager avec vous mes propres théories ou mes opinions personnelles sur la formation du charactère. Que Dieu m’en garde ! Mes chers amis, quand vous traitez d’un sujet aussi important que celui de la formation du caractère, vous avez besoin de quelque chose de beaucoup plus sûr et digne de confiance que les opinions d’un pauvre être mortel. Amen ? {Amen.} Quand vous traitez d’un sujet… que vous devez comprendre –afin d’être des témoins du Roi efficaces et de bons citoyens du royaume- vous avez besoin de beaucoup plus que la théorie philosophique d’une personne lambda. Vous avez besoin de savoir ce que dit le Seigneur à ce sujet, et je vous assure que c’est ce que nous partageons avec vous : nous partageons ce que dit le Seigneur à ce sujet. Si vous avez regardé votre dossier, vous avez peut-être remarqué quelque chose d’unique : il n’y a rien d’écrit par Steve Wallace dedans. Mis à part quelques petites notes par-ci par-là, il s’agit donc presque uniquement de textes inspirés sur le sujet. Et, voyez-vous, c’est ce sur quoi nous voulons baser notre étude. Par la grâce de Dieu, je ne serai en quelque sorte que le guide touristique qui étudiera avec vous ce que le Seigneur dit sur ce sujet de la plus haute importance. Êtes-vous d’accord ? Je prie avec ferveur pour que le Saint-Esprit me guide et me dirige alors que je vous guide à mon tour dans l’étude de ce que le Seigner dit à ce sujet.

Nous utiliserons comme manuel principal la Bible, les Ecritures. J’utiliserai, et j’espère que cela ne dérangera personne, la version « New King James » {NDT : pour la traduction française, la version Louis Segond est utilisée}. J’apprécie la version King James, c’est la Bible du peuple, et c’est sur cette version que cette Eglise a été bâtie. C’est la version préférée par beaucoup d’entre vous, surtout par les plus âgés. Cependant, l’anglais de l’époque Elisabéthaine est de plus en plus difficile à comprendre pour les générations les plus jeunes, et, pour cette raison, j’ai choisi la « New King James ». Il s’agit exactement du même manuscrit que celui utilisé à l’époque du roi James. Les deux versions sont si similaires, que si vous avez une Bible King James, vous n’aurez probablement aucun problème à suivre ce que je lis dans la New King James. De plus, à certains moments que je vous indiquerai, la New King James donne une traduction plus précise de la langue d’origine. J’apprécie donc tout particulièrement la New King James, et je la recommande, car c’est une excellente Bible d’étude.

De plus, il faut que vous sachiez que nous étayerons, et je souligne bien ce mot « étayer, » nous étayerons donc notre étude des Ecritures de l’étude de commentaires inspirés des Ecritures, que nous, en tant que peuple, connaissons et apprécions sous le nom d’Esprit de prophétie. Je veux que vous sachiez que j’ai été profondément affecté, positivement influencé, et béni par les écrits de l’Esprit de Prophétie. Mes chers amis, je ne pense pas que je serais ici sans ce don. Le Seigneur m’a beaucoup béni à travers l’étude de ces livres merveilleux ; je reconnais et apprécie énormément l’éclairage qu’ils apportent sur les Ecritures, et c’est en tant que tel que nous les utiliseront : non pas pour supplanter les Ecritures, mais pour étayer l’étude des Ecritures. Nous nous référerons à l’Esprit de Prophétie en tant que commentaire inspiré sur les passages bibliques que nous étudierons, un commentaire, qui aide à mieux comprendre les principes que les Ecritures renferment et de mettre en pratique ces principes dans nos vies quotidiennes. Et en réalité, c’est en cela que l’esprit de prophétie se démarque vraiment : il encourage la mise en pratique concrète des principes bibliques. Je ne pouvais pas vous priver de ces précieux éclairages. Pour toutes ces raisons, nous y ferons souvent référence, et vous voyez bien ces commentaires inspirés dans le dossier. M’autorisez-vous à la faire ? {Oui.} Bien, merci.

Il y a un autre point que je me dois de souligner avec beaucoup d’insistance dans cette introduction : comme le titre le résume, comment juge-t-on des choses spirituelles ? « Spirituellement. » {1 Cor 2 : 13-14} Mes chers amis, que veut dire « juger des choses spirituelles spirituellement ? » Eh bien, cela veut tout simplement dire que sans l’aide de l’Esprit Saint, nous n’avons pas ce qu’il faut pour comprendre la vérité au point de faire l’expérience de son pouvoir libérateur et sanctifiant dans nos vies. Avez-vous entendu ce que je viens de dire ? Lisons le passage duquel le titre est tiré. Il se trouve dans 1 Corinthiens 2 :13-14 : « Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. » Mais Paul nous prévient : « Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, » pourquoi ? « parce que c’est spirituellement qu’on en juge. » Ok, qui est l’homme animal ? Eh bien, c’est nous tous, quand l’œuvre surnaturelle de l’Esprit Saint n’agit pas dans nos vies. C’est la nature humaine sans l’aide divine. C’est ce qu’est l’homme animal. Et remarquez bien, que pour l’homme animal, les choses de Dieu sont quoi ? Elles sont une folie. Pourquoi ? Parce que « c’est spirituellement qu’on en juge. » Bien. Le mot « juge »est un mot grec très intéressant. Dans ce contexte il ne signifie pas seulement « bien comprendre » mais il veut surtout dire « évaluer ou apprécier à sa juste valeur. » Vous voyez, la puissance de l’Esprit Saint est nécessaire, mes chers amis, non seulement pour comprendre la vérité d’un point de vue intellectuel. La puissance de l’Esprit Saint est aussi nécessaire pour que nous appréciions la vérité à sa juste valeur, avec notre cœur, et afin que nous choisissions de l’appliquer dans nos vies. Je le répète, sans l’aide de l’Esprit Saint, nous ne pouvons en aucun cas faire l’expérience de pouvoir libérateur et sanctifiant de la vérité.

Et vous savez que la vérité à un pouvoir libérateur et sanctifiant, n’est-ce pas ? Jésus l’explique en ces mots : Jean 8 :32 : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. » Y a-t-il dans la vérité un pouvoir qui nous affranchit du joug de la servitude qui pèse sur nous ? Ce joug du péché, du moi et de Satan, cette vile trinité qui tyrannise l’homme naturel ? Oui, la vérité à le pouvoir de nous en affranchir. Mais mes chers amis, nous ne pouvons faire l’expérience de ce pouvoir libérateur à moins que nous ne recevions la vérité sous l’influence de l’Esprit de Vérité et à moins que, par la puissance de cet Esprit de vérité, nous choisissions de l’incorporer dans nos vies. La vérité a aussi un pouvoir sanctifiant. Prenons un autre verset : Jean 17 :17 « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. » La vérité a-t-elle le pouvoir de nous sanctifier ? De nous rendre saint ? Oui, elle là ce pouvoir. Mais mes chers amis, nous ne pouvons faire l’expérience du pouvoir sanctifiant de la vérité, à moins que nous ne l’étudiions, ne la recevions, et ne la mettions en pratique par la puissance de l’Esprit de vérité. C’est le seul moyen. C’est l’unique moyen. Voyez-vous, il y a une grande différence entre connaître la vérité d’un point de vue intellectuel, et la connaître au point de faire l’expérience de son pouvoir libérateur et sanctifiant dans nos vies, n’est-ce pas ? Est-il possible d’avoir une connaissance intellectuelle de la vérité, sans qu’elle nous libère ou nous sanctifie ? Vous savez que cela est possible, n’est-ce pas ? Cela est tout à fait possible… Tout à fait possible… C’est effrayant, mais totalement possible d’en savoir beaucoup sur la vérité sans toutefois faire l’expérience de son pouvoir sanctifiant et libérateur dans nos vies. Ainsi, pour connaître la vérité, il faut faire plus qu’y adhérer intellectuellement. Vous pouvez intellectuellement adhérer à la vérité sans pour autant être transformée par elle.

Que signifie donc le fait de connaître la vérité au point de faire l’expérience de son pouvoir libérateur et sanctifiant ? Laissez-moi vous lister les trois étapes requises. Prenez-les en note. Elles sont très importantes. Afin de faire l’expérience du pouvoir libérateur et sanctifiant de la vérité dans vos vies, vous devez premièrement : la comprendre avec votre intellect. Que devez-vous faire ? La comprendre avec votre intellect. Vous devez adhérer intellectuellement à la vérité. Vous devez la comprendre, la saisir. Cela est essentiel. Je dis donc qu’il est important de comprendre la vérité d’un point de vue intellectuel. Cela est essentiel, mais ce n’est pas assez. Quelle est la deuxième chose que nous devons faire ? Premièrement, comprendre la vérité d’un point de vue intellectuel. Deuxièmement, nous devons l’accepter de tout notre cœur. En d’autres termes, nous devons en venir à aimer la vérité, à l’apprécier, à lui donner de la valeur, à la considérer comme la chose la plus précieuse de notre vie. Nous devons voir la vérité comme la perle de grand prix. Amen ? {Amen.} C’est à cette étape particulière que nous avons besoin d’une aide surnaturelle. Mais avant que je n’explique cela, laissez-moi vous indiquer la troisième étape que nous devons atteindre si nous voulons connaître la vérité au point de faire l’expérience de son pourvoir libérateur et sanctifiant dans nos vies. Troisièmement, nous devons soumettre notre volonté à cette vérité. Vous avez les trois étapes ? D’abord, nous devons comprendre la vérité d’une façon intellectuelle. Ensuite, que devons-nous faire ? Nous devons l’accepter de tout notre cœur. Enfin, étape la plus importante, Nous devons quoi ? Y soumettre notre volonté. Nous devons céder à la vérité, nous devons lui obéir. Nous devons choisir d’avoir une vie en harmonie avec Celui qui est la Vérité. C’est lorsque nous faisons cela, mes chers amis, et pas avant, que nous pourrons faire l’expérience du pouvoir libérateur et sanctifiant de la vérité dans nos vies. Amen ? {Amen.}

En d’autres termes, nous ne devons pas nous contenter de saisir la vérité, nous devons la laisser nous saisir. Y a-t-il une différence entre saisir la vérité et la laisser nous saisir ? Oui ! Saisir la vérité, c’est y adhérer intellectuellement, la comprendre. Être saisi par la vérité, c’est s’y soumettre, et y soumettre notre volonté, la laisser guider notre vie. Mes amis qu’est-ce qui vous permet faire cette transition entre saisir la vérité et être saisi par la vérité ? C’est la seconde étape. Qui consiste à quoi ? Á embrasser cette Vérité, à l’aimer. Amen ? Quand nous reconnaissons que la Vérité est plus qu’un concept abstrait, mais une personne, -qui ? Jésus-Christ- et quand nous l’aimons, c’est à ce moment que nous Lui soumettons notre volonté, sans réserve. Amen ? {Amen.}

Et ce n’est qu’après la troisième étape, chers frères et sœurs, que nous ferons l’expérience dans nos vies du pouvoir sanctifiant et libérateur de la vérité. Nous devons atteindre cette troisième étape. Mais il y a un point important… ne le manquez pas… Nous pouvons atteindre l’étape 1 et adhérer intellectuellement à la vérité, sans l’aide du Saint-Esprit jusqu’à un certain point. Cette adhésion, bien que significative, est partielle et artificielle. Avec elle, vous comprenez la vérité, mais pas au point que l’Esprit Saint peut nous aider à atteindre. Mais, jusqu’à un certain point, il est possible de comprendre ces choses sans l’aide de l’Esprit Saint. On peut adhérer intellectuellement à la vérité. Cependant, mes chers amis, ce que l’on ne peut pas faire, c’est atteindre l’étape 2 et l’étape 3 sans l’aide de l’Esprit Saint. Pourquoi ? Romains 8 :7… Romains 8 :7… Prenez ce verset en note. Que dit Romains 8 :7 ? « L’affection de la chair est » quoi ? « inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu et qu’elle » quoi ? « elle ne le peut même pas.» Vraiment ? Oui, vraiment. Essayons de bien comprendre ce que Paul nous dit ici. D’abord, qu’est-ce que l’affection de la chair ? Qu’est-ce que l’affection de la chair ? Vous savez, avant, je pensais que si l’affection de la chair est inimitié avec Dieu, et que si cette affection n’était et ne pouvais pas être soumis à la loi de Dieu, alors il devait s’agir de quelqu’un avait dédié sa vie au péché. Ça devait être un rebelle aguerri. Est-ce que c’est le cas ? Non, mes chers amis, c’est ce que nous sommes tous par nature. Vraiment ? Oui. Voyez Jean 3 : 6 « Celui qui est né de la chair est chair » et nous vivons selon la chair jusqu’à ce que nous fassions quoi ? Jusqu’à ce que nous naissions par l’esprit, jusqu’à ce que nous naissions de nouveau. C’est à ce moment que vivons selon l’Esprit. Mais avant cette conversion, c’est notre nature de faire quoi ? De vivre selon la chair. Est-ce que vous me suivez ? Et si nous sommes, par nature soumis aux affections de la chair, quelle est notre attitude envers Dieu ? L’affection de la chair est quoi ? Inimitié contre Dieu. Que veut dire « inimitié » ? On peut le comprendre comme un synonyme du mot « ennemi ». L’esprit charnel a de l’animosité, ou de la haine envers Dieu. Mais certains pourraient dire : « Voyons ! C’est quand même un peu exagéré, non ? » Et certes, je connais des gens qui ne prétendent pas être convertis ou nés de l’Esprit, mais ne diraient jamais qu’ils haïssent Dieu. Mes chers amis, écoutez-moi bien…

Si vous voulez vraiment savoir ce que l’homme animal pense de Dieu, il faut aller au Calvaire. Que fait l’homme animal à Dieu lorsqu’il en a l’occasion. Il Le tue. Le Calvaire ne révèle pas seulement le caractère de Dieu en la personne de Jésus Christ. Il révèle aussi le caractère de l’homme, en la personne de ceux qui l’ont cloué. Cette part de nous est plutôt effrayante, n’est-ce pas ? Il dans notre nature d’haïr Dieu à un tel point, que nous L’éliminons à la moindre occasion. Mes chers amis, c’est précisément pour cette raison que si nous voulons atteindre l’étape n°2 ; si nous voulons accepter la vérité de tout notre cœur, cette vérité qui, rappelons-le, est qui ? Jésus ; si nous voulons vraiment l’accepter de tout notre cœur et non le crucifier, nous avons besoin d’une intervention surnaturelle. Amen ? {Amen.}

Nous devons avoir un cœur nouveau, un cœur disposé à le connaître, avec la capacité surnaturelle de l’aimer… Alors que nous tendons naturellement à le haïr. Vous comprenez ? Et si vous comme moi ne pouvons pas atteindre cette deuxième étape par le pouvoir de l’Esprit Saint, si nous ne pouvons pas en arriver à aimer la vérité, alors nous ne pourrons jamais atteindre l’étape 3. « Car l’amour du Christ nous presse. » {2 Cor 5 :14} Quand je soumets ma volonté à Jésus, si elle lui est vraiment soumise, c’est parce que je l’aime et que je sais qu’il m’aime. De plus, « nous l’aimons, parce qu’il nous a aimé le premier. » {1 Jn 4 :19} Amen ? {Amen.} Et où puis-je découvrir à quel point il m’aima le premier ? À la croix, encore une fois, au Calvaire. Voyez-vous, à la croix vous découvrez beaucoup de choses non seulement sur de vous-même mais aussi sur Jésus, et sur le Père.

Durant ce séminaire, nous allons passer beaucoup de temps à croix, mes chers amis. En effet, j’ai la même obsession que celle de l’apôtre Paul : « Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. » {1 Cor 2 : 2} C’est là que se trouve le pouvoir transformateur, C’est en contemplant l’agneau immolé. {Ap 5 : 6} C’est là que se trouve ce pouvoir. C’est là que le cœur est capturé, c’est là que la volonté est conquise. Amen ? {Amen.} Voyez-vous, beaucoup de choses se passent à la croix. La conscience est accusée, l’esprit est convaincu, le cœur est capturé, la volonté est conquise, et la vie est convertie. Tout cela se passe où ? A la croix, à la croix. Permettez-moi, je vous prie, de vous emmener fréquemment au pied de la croix durant nos études. C’est là que tout se passe mes amis. Cependant, Dieu nous aide à réaliser que si nous voulons connaître la vérité au point de faire l’expérience dans nos vies de son pouvoir libérateur et sanctifiant, nous avons besoin d’une aide surnaturelle. L’affection de la chair est inimitié contre Dieu. Mais que dit ensuite le même verset ? Cette affection de la chair, qui est inimitié contre Dieu, nous empêche d’atteindre la deuxième étape. Naturellement. Mais que dit ensuite le verset ? « elle ne se soumet pas à la loi de Dieu » et quoi ? « elle ne le peut pas. » {Rom 8 : 7} Cela nous empêche d’atteindre quoi ? La troisième étape !

Soumettre son esprit, choisir d’obéir à la vérité. Vous et moi, nous ne pouvons le faire, mes chers amis, sans le pouvoir de l’Esprit Saint. Nous ne le pouvons pas ! C’est impossible ! À présent je dois nuancer ce que je viens de dire. Prêtez-y attention car ce sera un point important tout au long de ce séminaire. Sachez que même si l’affection de la chair n’est pas capable de s’assujettir ou se soumettre à l’esprit de la loi, l’affection e la chair est tout à fait capable de soumettre son caractère à la lettre de la loi. Percevez-vous la nuance ? Est-ce qu’elle a de l’importance ? Vous ferez mieux de croire qu’elle a son importance. Laissez-moi répéter : même si l’affection de la chair ne peut pas s’assujettir ou se soumettre à l’esprit de Dieu, même s’il ne peut pas assujettir ou soumettre ses projets, ses pensées, ses sentiments, ses motivations et ses désirs à l’esprit de la loi, que peut faire avec une efficacité effrayante l’affection de la chair si elle est suffisamment motivée pas son égo ? Que peut-elle faire ? L’affection de la chair est tout à fait capable de soumettre son caractère à la lettre de la loi. C’est là que se trouve sa capacité remarquable à nous tromper, en nous faisant penser que nous sommes quelque chose que nous ne sommes pas. Mes chers amis, est-ce que vous m’entendez ?

Voyez-vous, c’est la définition même de l’hypocrisie. C’est se conformer à la lettre de la loi et arriver à faire semblant de façon exceptionnelle. Bien se comporter, tromper les autres, et peut-être se tromper soi-même, amener à penser qu’on est un quoi ? Un chrétien. Après tout, vous vous comportez tellement mieux que la plupart des gens. Que disent les Ecritures à propos du cœur animal ? Elles disent : « il est tortueux par-dessus tout, et il est méchant » {Jé 17 :9} Mais la chose effrayante, c’est qu’il est possible de cacher un intérieur mauvais avec une apparence noble. Jésus appelle cela un « sépulcre blanchit. » {Mat 23 :27} Est-ce que vous me suivez ? Il s’agit d’un tombeau blanchi à la chaux. Que dit ensuite Jésus au sujet de ce sépulcre ? Qu’il est beau où ? Au dehors. Oh, quelle belle apparence. Mais qu’y a-t-il à l’intérieur ? Des ossements de morts et toute espèce d’impuretés. Il y a un vieil homme mort, vil et égoïste, qui se cache derrière toute cette blancheur. Il fait de bonnes œuvres, mais pour de mauvaises raisons. Serait-il possible que ce soit encore le cas aujourd’hui, dans l’église de Dieu ? Est-ce que les scribes et les pharisiens étaient les seuls à faire preuve d’une telle hypocrisie, ou est-ce que l’hypocrisie est inscrite dans la nature humaine ? Je suis ici pour vous le dire, elle est inscrite dans la nature humaine, et s’il vous plaît continuez à prêter attention. Ce que je vais vous dire va sans doute vous mettre mal-à-l’aise, ou vous mettre en colère contre moi, mais que Dieu vous bénisse. C’est mon amour pour vous qui me pousse à dire cela, d’accord ? Tout au long de ce séminaire, je serai amené à aborder ce sujet de l’hypocrisie encore et encore. Pourquoi ? Parce que selon le verdict du Témoin Véritable, il s’agit un problème prédominant dans l’église des temps de la fin.

Réfléchissez avec moi ! Dans le livre de l’Apocalypse, comment est appelée l’église des temps de la fin ? La dernière, Laodicée. Sommes-nous dans les temps de la fin ? {Oui.} Cela signifie que nous somme quoi ? L’église de Laodicée. Il est vrai que certains aspects des sept églises existent à toutes les époques. Mais certaines caractéristiques prédominantes existent uniquement à certaines époques. Selon le Témoin Véritable, quelle est la caractéristique prédominante de l’église de la fin des temps ? Que sommes-nous ? Tiède ! Que sommes-nous ? Tiède. Maintenant, je vous prie, dîtes moi, que signifie être tiède ? Eh bien, le Témoin Véritable dit que c’est être ni chaud, ni froid. Tournez les pages de la Bible avec moi. Le verset en question se trouve dans Apocalypse 13, n’est-ce pas ? Apocalypse chapitre 13… Non, correction : c’est Apocalypse chapitre 3, au verset 16. Mais commençons un peu plus haut, au verset 14 : « Écris à l’ange de l’Église de Laodicée : Voici ce que dit l’Amen, le Témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu : Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! » Pause. N’est-ce pas là une déclaration remarquable ? Le Témoin Véritable préfèrerait que l’on soit froid plutôt que quoi ? Tiède ! Nous reviendrons là-dessus plus tard. Verset 16 : « Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant je » quoi ? « je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu. »

C’est un aveuglement effrayant que nous décrit ce texte, n’est-ce pas ? Pourquoi l’église de Laodicée se voile-t-elle autant la face ? Pourquoi pensent-ils être riche, s’être enrichi, et n’avoir besoin de rien, sans savoir qu’ils sont en réalité malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus. Pourquoi ?! Eh bien, chers amis, parce qu’ils ont « l’APPARENCE de la piété. » {2 Tim 3 :5} Avez-vous entendu ce que j’ai dit ? Ils ont quoi ? Ils ont l’apparence de la piété. Ils ont un cœur animal qui produit un caractère en accord avec la lettre de la loi. Avez-vous entendu ce que je viens de dire ? Est-ce qu’ils sont réellement convertis ? Non ! Est-ce qu’ils pensent être réellement convertis ? Oui ! Ils pensent être riche, s’être enrichi, et n’avoir besoin de rien. Pourquoi sont-ils aussi aveuglés sur leur propre condition ? Parce qu’ils ont blanchis leur tombe avec beaucoup d’efficacité. Amen ? {Amen}. Vous êtes un peu silencieux ce soir. Leur apparence extérieure est si belle, qu’ils parviennent à se tromper eux-mêmes et à tromper les autres, les amenant à penser qu’ils sont quoi ? Des chrétiens.

Mes chers amis, comprenez bien qu’il est tout à fait possible que certains d’entre nous soient tombés dans ce piège ; et si vous m’en voulez de l’avoir suggéré, j’en suis désolé, mais il faut que je le dise, car c’est ce que dit le Témoin Véritable. Je ne suis pas en train de vous juger, je partage simplement avec vous son verdict. C’est lui qui nous juge avec justice, n’est-ce pas ? En effet ! Pourquoi ? Parce qu’il ne regarde pas à ce que les hommes regardent. « L’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde » où ? Dîtes-moi, où regarde-t-il ? « au cœur. » {1 Sam 16 :7}Il donc observe non seulement ce que nous faisons et ce que nous ne faisons pas, ais il observe aussi le plus important : pourquoi nous faisons ces choses, et pourquoi nous ne les faisons pas. Il regarde à l’intention qui se cache derrière un comportement. Alors que nous nous contentons d’analyser un comportement, Il regarde les motivations. Mes chers amis, c’est là que l’on comprend ce que la tiédeur signifie. Réfléchissez avec moi. Être froid, c’est faire de mauvaises choses pour de mauvaises raisons. Vous comprenez ce que je veux dire ? C’est être sans Dieu, et le refléter à l’intérieur comme à l’extérieur. Qu’est-ce qu’être chaud ? C’est faire le bien pour les bonnes raisons. Vous reflétez à l’extérieur le fait que vous vivez dans le respect de la lettre de la loi parce que votre cœur est en harmonie avec l’esprit de la loi. Vous faites une bonne œuvre, pour les bonnes raisons. Vous me suivez ? A votre avis, que signifie être tiède ? C’est faire de bonnes œuvres pour de mauvaises raisons. Amen ? {Amen !} C’est avoir « l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force » {2 Tim 3 :5} ; et quelle est la force de l’Évangile ? C’est de transformer par « le renouvellement de l’intelligence. » {Rom 1 :16 & 12 :2} Amen ? {Amen.}

Voyez-vous, le véritable christianisme implique beaucoup plus que de modifier son comportement. Le véritable christianisme implique une transformation du cœur. Mais l’hypocrisie est terriblement présente ; on essaye de ‘jouer à l’église,’ on fait semblant d’être chrétien en ayant un comportement en accord avec la lettre de la loi. Et voici le plus effrayant : nous sommes devenus si bons à faire semblant, que nous nous trompons nous-même et que nous trompons les autres. Mais qui n’est pas dupe ? Dîtes-moi, qui n’est jamais dupe ? Dieu n’est jamais dupe. Frères et sœurs, je vous en prie, sondez votre cœur avec moi durant les semaines à venir. Votre âme est-elle en paix ? Voyez-vous, c’est la question la plus importante. Votre âme est-elle quoi ? En paix. Êtes-vous un chrétien authentique ? Où faîtes-vous semblant d’en être un ? Et ma question peut vous offenser ; le fait même que je la pose peut offenser certains des plus âgés parmi vous, qui sont dans l’église depuis des années et de années. Mais, que Dieu nous vienne en aide, vous pouvez avoir été dans l’église toute votre vie sans même être converti. J’espère que vous le savez. Sans même être converti ! Et il se peut que vous prétendiez de façon très convaincante, jouant le rôle à la perfection… Il se peut que vous soyez honorés et respectés par vos frères et sœurs de l’église. Il se peut que vous ayez un poste dans l’église, et que vous ne soyez même pas convertis.

Revenons donc à ce que nous étions en train de dire. Quand je dis que l’affection de la chair ne peut pas mener à la troisième étape, c’est-à-dire à la soumission à la Vérité, je ne dis pas que l’affection de la chair n’est pas capable de façonner son caractère en accord avec la lettre de la loi. Ce que je dis, c’est que l’affection de la chair ne peut pas mettre ses pensées, ses sentiments, ses désirs et ses motivations en harmonie avec l’esprit de la loi. C’est ce que je dis. Tout est clair pour vous ? {Oui.} Par conséquent, si nous voulons connaître la Vérité au point de faire l’expérience de son pouvoir libérateur et sanctifiant dans nos vies, que devons-nous avoir, mes chers amis ? Que devons-nous avoir ? Nous devons avoir l’aide et la puissance de l’Esprit Saint dans notre étude. Amen ? {Amen.} Vous savez… Je souhaite vraiment, de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma pensée que ce séminaire soit pour vous tous une expérience décisive. Qu’il plaise à Dieu que nous ne nous contentions pas d’exercices intellectuels. Il est vrai que nous allons stimuler votre intellect. Nous allons étudier des vérités très profondes. Nous allons remonter nos manches et nous atteler avec diligence à l’étude de la Parole de Dieu. Êtes-vous prêts pour cela ? {Amen. Oui.} Je répète ma question. J’ai besoin de réponses un peu plus enthousiastes. Êtes-vous prêts pour cela ? {Amen !} Est-ce que vous le voulez vraiment ? {Oui.} Je suis venu pour annoncer, mes chers amis, et non pas pour vous divertir. Je ne suis pas venu pour partager avec vous des idées sensationnelles provenant d’une réflexion humaine. Je suis venu, par la grâce de Dieu, pour remonter mes manches et creuser avec vous au plus profond de la mine de la vérité. Je suis venu pour avoir une connaissance décisive de la Vérité. Est-ce là ce que vous désirez ? {Amen.} Bien, très bien. Continuez donc à venir, afin que nous puissions étudier ensemble avec diligence.

A présent, je vais lire une déclaration qui parle de la grande différence qu’il y a entre avoir la vérité et se laisser habiter par la vérité. Y-a-t-il une différence entre les deux ? En tant que peuple, avons-nous la vérité ? L’avons-nous ? {Oui.} Mes amis, la question ne se pose pas. Dieu nous a confié la vérité. Mais il y a un problème. Lequel ? Nous ne laissons pas la vérité nous habiter. Pourquoi je me permets de dire cela ? Eh bien, parce que nous sommes encore ici. Nous ne devrions plus être ici. Je veux entendre plus qu’un « amen ». Nous ne devrions plus être ici. {Amen !} Nous devrions déjà être dans le royaume. {Amen !} Nous aurions dû devenir les témoins efficaces du Roi et de bons citoyens du royaume depuis longtemps déjà. Amen ? {Amen.} Depuis longtemps déjà ! Mais nous sommes encore là. Pourquoi ? N’avons-nous pas la vérité ? Si, nous avons la vérité. Quel est le problème ? Nous n’avons pas laissé la vérité nous habiter ! C’est pour cette raison que nous sommes encore là, et nous allons y rester jusqu’à ce que nous ayons laissé la vérité nous habiter entièrement. Je peux sembler en colère, mais je ne le suis pas. Je suis juste sérieux. Il y a une différence. Ma chère femme me dit de temps en temps : « Steve, parfois, on a l’impression que tu es en colère contre les gens. » Je ne suis pas en colère contre vous. Je vous aime. Par la grâce de Dieu, je ne peux pas être en colère contre vous et je veux vous voir dans le Royaume. Mais je sais par expérience personnelle qu’avoir la Vérité ne suffit pas pour y arriver. Vous devez vous laisser la vérité vous habiter. Vous devez être transformé par la vérité de la tête au pied, intérieur comme extérieur. Vous devez devenir une personne radicalement différente. Vous ne pouvez pas aller au ciel si vous vous contentez de jouer un rôle.

Jésus-Christ a payé le prix de la vie éternelle pour chacun d’entre nous. Nous ne pouvons pas gagner la vie éternelle. Mais mes chers amis, je suis ici pour vous dire que si vous voulez profiter de la vie éternelle, vous devez vous préparer. Amen ? {Amen.} Vous ne pouvez pas acheter le ciel, mais vous devez apprendre comment y être heureux. Et personne ne peut être heureux dans le ciel s’il n’apprend pas à être saint. Parce que le bonheur dépend de la sainteté. Avez-vous entendu ce que je viens de dire ? Le bonheur dépend de la sainteté ; et c’est précisément pour cette raison que si peu de personnes sont heureuses dans ce monde. Pourquoi ? Parce qu’elles cherchent le bonheur, et que si l’on cherche le bonheur, on ne le trouvera jamais. Est-ce vrai ? Oui, cela est vrai. Si vous cherchez à vous rendre heureux, vous ne trouverez jamais le vrai bonheur. Certes, vous pourrez « avoir pour un temps la jouissance du péché. » {Hé 11 :25}Mais croyez et sachez que cette jouissance est éphémère et qu’en fin de compte, vous serez encore plus misérable après en avoir profité. Amen ? Je vous parle très franchement, mes amis ! Si vous voulez avoir le vrai bonheur, vous devez apprendre à être saint. Vous devez apprendre à dédier votre vie entière à Dieu et aux les autres ; c’est là qu’est le bonheur, et c’est de cette façon que vous vous préparez à être heureux dans les cieux, parce que c’est ce que font tous ceux qui y vivent. Ils ne vivent pas pour eux-mêmes. Ils vivent pour tous les autres. Entre parenthèse, j’ai hâte de vivre dans un lieu où tout le monde place mon bonheur avant le sien. Imaginez cela ! Imaginez-le ! Quel endroit merveilleux ça sera ! Qu’est-ce qui se passe ici ? Tout le contraire. Qui recherche vraiment votre bonheur ? Vous-même, bien entendu. Vous recherchez vos propres avantages, et tous les autres recherchent les leurs ; et si vous devenez un obstacle pour moi, si vous menacez mon bonheur, alors je dois m’occuper de votre cas. C’est comme cela que le monde fonctionne, vous comprenez ? Et c’est pour cela que c’est un endroit si misérable.

Mais par la grâce de Dieu, nous allons un jour vivre dans un endroit où tout le monde, sans exception, place votre bonheur-notre bonheur-avant le leur. Pouvez-vous imaginer dans quel endroit merveilleux nous allons vivre ? Mais mes chers amis, si nous voulons être prêts à vivre dans un tel endroit, nous devons vivre de cette manière dès à présent. Amen ? {Amen.} C’est ici que nous devons devenir de bons citoyens du royaume. C’est ici que nous devons apprendre à être saint, à vivre entièrement pour Dieu et pour les autres, et non pour nous-même. Dieu nous aide à faire l’expérience de cette transformation une transformation si radicale, que la Bible dit qu’il faut naître de nouveau et devenir une nouvelle créature.

Ecoutez bien. Review and Herald, 25 septembre 1888 {NDT : Messages à la Jeunesse p. 457.1} : “Mais ceux qui font profession de croire à la vérité, si elle n’a pas pour effet de les sanctifier et d’ennoblir leurs pensées et leur caractère, sont dans une condition plus désavantageuse, aux yeux de Dieu, que le pécheur qui n’a pas été éclairé. »Waouh ! Vraiment ? Oui. Dieu préfère que nous soyons froids plutôt que tiède. Voyez-vous, si vous avez la vérité, que pensez-vous ? Vous pensez être riche, enrichi, et n’avoir besoin de quoi ? De rien. Ainsi, vous êtes moins susceptibles d’être touché par la vérité si vous pensez que vous l’avez déjà. Je continue à lire : « Nous arrivons rapidement à la conclusion de l’histoire de ce monde. Chaque moment est d’une importance solennelle pour les enfants de Dieu. Dans le cœur de chacun devraient se poser les questions suivantes : ‘Suis-je un chrétien ?’ » « ‘Suis-je un chrétien ?’ ‘Est-ce que la Parole de Dieu est mon objet d’étude ?’ Est-ce que Christ habite dans mon cœur par la foi ? Est-ce que la loi de Dieu est au centre de ma vie ? Est-ce que les vérités pénétrantes auxquelles je professe croire atteignent les recoins les plus secrets de ma vie ? Est-ce que j’applique ces principes dans mes relations professionnelles ? Est-ce que l’influence que j’exerce a un pouvoir salutaire sur ceux avec qui je m’associe ?’ À moins que la vérité n’ait une influence visible et certaine sur la vie et le caractère de ceux qui la reçoivent, elle ne remplit pas le rôle qu’elle devrait exercer dans la vie de ces personnes ; et ceux qui ne sont pas sanctifiés à travers l’obéissance à la vérité doivent se convertir, sinon, ils seront » quoi ? « Perdus. »

Mes frères et sœurs… nous avons la vérité. Que Dieu nous permette de laisser la vérité nous habiter et d’être ainsi convertis. Comment cela peut-il se passer ? Par le pouvoir de l’Esprit de Vérité. Par conséquent, avant de commencer les prochaines études, nous prendrons le temps d’inviter l’esprit de Dieu dans nos cœurs, personnellement et avec diligence. Nous allons le faire maintenant, pour conclure cette étude introductive ; et ensuite, après une courte pause, nous continuerons. Mais je veux que vous preniez, chers amis, un moment pour vous lever de la table autour de laquelle nous sommes assis, et que vous vous dirigiez vers la porte. Que dit le Témoin Véritable à l’église de Laodicée ? « Voici, je me tiens à la porte et je » quoi ? « je frappe. » {Ap. 3 :20} Il veut entrer et faire quoi ? Souper avec nous. Nous sommes assemblés autour de cette table afin de partager le pain de vie {Jn 6 : 48} et nous nourrir. Mais que devons-nous faire si nous voulons être nourris et fortifié par ce repas ? Que devons-nous faire ? Nous devons inviter l’Esprit Saint à entrer et à quoi ? A souper avec nous… à souper avec nous… Agenouillons-nous pour quelques instants de prière silencieuse en conclusion. Invitez personnellement l’esprit de Dieu à entrer et à souper avec vous.

Notre père qui est au ciel, nous avons une opportunité précieuse, et nous voulons en profiter au maximum. Nous sommes assemblés autour de ta table ce soir, dans le but de nous nourrir du Pain de Vie ; mais nous avons besoin que l’Esprit Saint nous rejoigne à l’instant. Nous entendons frapper à la porte de notre cœur, et nous choisissons d’ouvrir cette porte et de dire : « Entre, Invité Céleste. Entre, et soupe avec nous. Provoque en nous cette faim et cette soif que nous n’avons pas naturellement. Ouvre notre appétit à la nourriture spirituelle, et donne-nous ensuite le plus important, donne-nous cette capacité surnaturelle à digérer et à assimiler le Pain de Vie, afin qu’il nous nourrisse. » Réponds à ma prière je te le demande, au nom de Jésus. Amen.

0

Your Cart