Select Page

Ici vous pouvez télécharger la leçon en pdf.

On dit que la formation du caractère est l’œuvre la plus importante qui ait jamais été confiée aux êtres humains. Durant l’heure qui va suivre, nous explorerons à la fois le privilège et la responsabilité que nous avons de cultiver un caractère semblable à celui du Christ. Joignez-vous à nous pour ce moment de réveil personnel puissant alors que le Pasteur Stephen Wallace nous emmène « De Gloire en Gloire. »

Bonsoirs, mes amis. Heureux de vous voir ce soir. Merci de votre présence, elle montre que vous vous êtes engagés à étudier la parole de Dieu. J’avais hâte de continuer cette étude avec vous. Notre séminaire s’intitule « De gloire en gloire : » un séminaire sur les principes de la formation chrétienne du caractère. Nous étudions ensemble l’œuvre la plus importe qui ait jamais été confiée aux êtres humains. Quelle est-elle ? « La formation du caractère. » Education page 225, c’est la première référence de notre dossier : « Former le caractère ! Jamais œuvre plus importante n’a été confiée aux hommes. Jamais il n’a été aussi essentiel qu’aujourd’hui de s’y consacrer avec soin. » Pourquoi est-ce si important aujourd’hui ? Etes-vous prêts à entendre la réponse ? Parce ce que le roi revient bientôt. Oh, vous n’étiez pas prêts. Je vous donne une deuxième chance. Pourquoi est-ce si important aujourd’hui ?  Parce que le roi revient bientôt ! {Amen}Oui, c’est vrai. Je le crois, mes amis. Oh, je le crois.

Tant de choses se passent. En fait, un événement très important a lieu aujourd’hui même. Je ne vais pas céder à la tentation d’entrer dans les détails ; mais une prophétie s’accomplit aujourd’hui. Nous sommes sur la dernière ligne droite, mes chers amis. Sachez-le. Sachez-le. Mais il nous reste tant à faire. Nous devons annoncer l’Evangile à toute nation, à toute tribu, à toute langue et à tout peuple, {Ap 14 : 6} et nous devons aussi nous préparer {Ap 14 : 7} Mais l’accomplissement de ces deux tâches dépend d’une seule et même chose, n’est-ce pas ? De quoi dépend-il ? De la formation d’un caractère semblable à celui de Christ. Pourquoi ? Parce que nous ne pouvons être ni des témoins du roi efficaces, ni des citoyens prêts pour le royaume des cieux si nous n’avons pas un caractère semblable à celui du Christ.

Hier soir, nous avons été confrontés à des événements plutôt dramatiques : les terribles conséquences de la chute de l’homme sur la nature humaine et la façon dont ces conséquences ont contribué à rendre l’homme totalement incapable d’accomplir le dessein de Dieu pour lui. Quel était le dessein de Dieu ? Esaïe 43 : 7. Que dit notre Créateur à notre sujet ? Ceux « que j’ai créés pour ma gloire, que j’ai formés et que j’ai faits. » Vous n’êtes pas le produit du hasard, vous n’avez pas été créés de façon accidentelle pour manger, boire, car demain nous mourrons. {1 Co 15 : 32} Oh non ! Nous sommes l’œuvre d’un Dieu Créateur qui nous a spécifiquement créé pour un but saint et élevé : celui de révéler sa gloire, de témoigner de sa beauté et de sa vérité, de ce qu’il est aux yeux de l’univers, et de révéler, en particulier, son caractère. En effet, et je m’adresse à ceux qui viennent de nous rejoindre, quel est l’équivalent biblique du terme ‘caractère’ ? Le mot ‘gloire.’ Donc, quand la Bible nous dit que Dieu nous a créé pour sa gloire, elle nous dit qu’il nous a créé pour révéler son caractère. Ce caractère infiniment glorieux que nous aurions dû refléter aux yeux des habitants de l’univers, afin qu’ils puissent tirer des conclusions précises et merveilleuses à propos de Dieu. Car nous avons été créés à son image, selon sa ressemblance {Ge 1 : 26} dans chaque dimension de notre être. Et en plus de cela, qu’a fait Dieu pour nous permettre d’accomplir ce dessein ? Qu’a-t-il écrit sur chaque nerf, chaque fibre, chaque faculté de notre être ? {Sa loi} …Sa loi. {RH, Nov 12, 1901 par. 4}

Mais la mauvaise nouvelle à laquelle nous avons dû être confrontés hier soir est qu’après la chute, l’égoïsme a pris la place de l’amour. {VJ 25.1} L’amour, c’est la loi de Dieu, qui était écrite sur les tables de chair du cœur de l’homme, sur chaque nerf, chaque fibre, chaque faculté de son être. Mais à sa chute, l’égoïsme, c’est-à-dire la loi de Satan, a pris la place de l’amour. Il est devenu le principe dominant qui motive l’homme, et qui est écrit sur les tables de chair de son cœur, sur chaque nerf, chaque fibre, et chaque faculté de son être. C’est pour cela que sa nature entière, toutes ses capacités, ont été perverties.

Avant la chute, ces capacités étaient exclusivement utilisées pour satisfaire et glorifier Dieu. Mais parce que l’égoïsme a pris la place de l’amour après la chute, elles sont à présent exclusivement utilisées pour satisfaire et glorifier le ‘moi.’ Un désordre moral grave et radical s’est installé dans la nature humaine à cause de la chute : c’est ce que l’on appelle la dépravation. Et à cause de ce désordre moral, à cause de ce changement fondamental qui a eu lieu au cœur de son être, quand l’égoïsme a pris la place de l’amour, à cause de cela, l’homme s’est rendu totalement incapable de révéler le caractère de Dieu.

En fait, il s’est rendu capable de révéler le caractère de qui ? de Satan. Car il est gouverné par le même principe, le même esprit, la même loi qui gouverne le cœur de Satan : l’égoïsme. Et la seule chose que l’homme est capable de développer est, par nature, un caractère semblable à celui de Satan, mes chers amis. Je dis donc « loué soit Dieu pour sa grâce. » Et vous dîtes ? {Amen} Mais nous devons d’abord comprendre comment cette nature ce manifeste avant d’apprécier l’impact de la grâce. C’est pour cela que nous avons dû étudier ces événements terribles. Ainsi, la bonne nouvelle n’en sera que plus appréciée. Souvenez-vous : la bonne nouvelle est aussi bonne que la mauvaise nouvelle est mauvaise.

Nous devons vivre un changement fondamental et radical, l’inverse de ce qui s’est passé lors de la chute, si nous voulons avoir un caractère semblable à celui du Christ. Lors de la chute, l’égoïsme a pris la place de l’amour, mais par la grâce, Dieu soit loué, l’amour peut prendre la place de l’égoïsme. Amen ? {Amen} Nous pouvons à nouveau être dominé par l’esprit, la loi, et le principe de l’amour, qui gouverne le cœur de Dieu ; et le plan du salut a été conçu pour rendre ce changement possible.

Ce soir, nous allons nous concentrer sur cette bonne nouvelle. Je suis vraiment très heureux que vous soyez revenus, parce que j’aurais été triste si vous m’aviez seulement laissé parler de la mauvaise nouvelle sans que . Les prochaines études traiteront de ce que Dieu a fait pour réparer ce qui a mal tourné lors de la chute de l’homme. Nous venons juste de résumer ce que nous avons vu afin de nous mettre à jour, et de pouvoir nous concentrer sur la réflexion que nous avons entamée.

Avant que nous abordions de nouveaux éléments, nous devons faire une pause pour faire quoi, mes chers amis ? Que devons-nous faire ? Nous devons personnellement inviter l’Esprit de Dieu dans nos cœurs. Pourquoi ? Car c’est spirituellement que l’on juge des choses de l’Esprit de Dieu. {1 Co 2 : 13-14} S’il vous plait, ne soyez jamais présomptueux au point d’ouvrir la Parole de Dieu sans d’abord ouvrir vos cœurs pour inviter l’Esprit Saint à entrer et à vous donner cette capacité surnaturelle à connaître la vérité.

Qu’est-ce que cela veut dire que de vraiment connaître la vérité ? Est-ce que vous vous souvenez des trois étapes ? Quelqu’un s’en souvient ? Cela veut dire 1. comprendre la vérité d’un point de vue intellectuel, 2. l’accepter de tout notre cœur, 3. le plus important, soumettre notre volonté à cette vérité. Ce n’est que quand nous faisons cela que nous pouvons connaître la vérité au point de faire l’expérience de son pourvoir libérateur et sanctifiant dans nos vies ; vous voulez tous faire cette expérience, n’est-ce pas ? {Amen} Vous voulez plus qu’un simple exercice intellectuel ce soir, n’est-ce pas ? Vous voulez une expérience qui changera votre vie, n’est-ce pas ? {Amen} Vous voulez devenir toujours plus comme Jésus en passant du temps à étudier sa parole, n’est-ce pas ? {Amen} Mes chers amis, cela est possible par la puissance et la bénédiction du Saint-Esprit.

Dieu désire nous le donner. Mais même s’il le veut, il ne le peut à moins que nous ne fassions quoi ? A moins que nous ne le demandions. Voyez-vous, le ciel fonctionne selon un principe : « Demandez, et l’on vous donnera. » {Ma 7 : 7} Ce n’est pas quelque chose que l’on peut mériter. Loué soit Dieu, Jésus-Christ l’a mérité pour nous, et il est prêt à nous le donner, à nous en faire le don gratuit. Mais il ne forcera jamais personne, car ce n’est pas ce qu’il fait. Ce n’est pas ce qu’il fait. Il ne viole pas le libre-arbitre des hommes. C’est pour cela que nous devons aller à la porte de nos cœurs, que nous devons l’ouvrir et dire : « Entre, entre invité céleste. Entre et soupe avec moi. Par la personne de ton esprit, permet-moi d’avoir cette faim et cette soif, permet-moi d’être capable de digérer et d’assimiler le pain de vie, afin que je sois spirituellement nourri et affermi. Entre. »

L’inviterez-vous à entrer ? Alors que vous priez pour vous, priez aussi pour moi, s’il vous plaît. J’ai besoin d’être d’une efficacité spéciale durant l’étude de ce soir. Mettons-nous à genoux pour quelques instants.

Notre Père qui est aux cieux, au nom de Jésus-Christ, l’Eternel notre justice, je viens… en ta présence avec confiance. Une confiance basée sur les mérites de mon intercesseur, et non pas sur mes propres mérites. Digne est l’agneau qui a été immolé. Vois-moi comme étant caché en lui, je te prie. Je viens te demander de nous faire grâce, et de déverser sur nous ton Esprit Saint. Plus qu’avant, nous voulons comprendre la vérité au point de faire l’expérience de son pouvoir libérateur et sanctifiant. Mais nous ne le pouvons si tu ne nous bénis pas en nous envoyant l’Esprit de vérité. Père, ayant le privilège immérité de diriger l’étude de ta parole, j’ai particulièrement besoin de ton Esprit Saint. S’il te plaît, prends possession de moi, corps, âme et esprit. Je t’appartiens, car tu m’as créé, parce que tu m’as sauvé, et parce que je choisis de t’appartenir. S’il te plaît, consens à m’utiliser comme un dispensateur de la vérité et des bénédictions qui y sont liées. Que tout ce que tu diras à travers moi ne soit pas seulement compris d’un point de vue intellectuel, mais que tous puissent l’accepter de tout leur cœur et que tous puissent y soumettre leur volonté, afin que leur vie soit transformée. Par l’Esprit de Vérité, rends-nous toujours plus semblable à Celui qui est la vérité. C’est au nom de Jésus que nous prions. Amen.

Nous sommes à la page 13 du dossier, et j’espère que vous avez reçu les fiches supplémentaires à insérer dans votre carnet. Il y là une citation qui est un peu plus longue que celles que j’inclus d’habitude, mais elle offre un éclairage merveilleux de la part d’un prophète plus contemporain. Vous savez, avant, les prophètes étaient appelé ‘voyants.’ C’étaient des gens qui voyaient des choses que la plupart d’entre nous ne peut pas voir, parce qu’ils avaient reçu une vision spirituelle. Ecoutez ce passage, qui décrit ce qui s’est passé au ciel quand l’homme a péché. Cela est remarquable et résume la conséquence du péché sur la nature humaine.

Nous trouvons ce passage dans Signs of the Times, February 13, 1893 : « Quand l’homme a péché, les cieux étaient remplis de tristesse ; car en succombant à la tentation, l’homme est devenu l’ennemi de Dieu, et a pris part à la nature satanique. » Pause. Je voudrais poser cette question : de quelle façon est-ce que l’homme a pris part à la nature satanique ? L’égoïsme avait pris la place de l’amour ; le même esprit qui animait la nature de Satan était devenu l’esprit qui animait la nature de l’homme. Par conséquent, l’homme a pris part à la nature de Satan. Revenons à la citation : « L’image de Dieu, à laquelle il avait été créé, était entachée et déformée. Le caractère de l’homme n’était plus en harmonie avec le caractère de Dieu. Car en péchant, l’homme est devenu charnel, et le cœur charnel est inimitié contre Dieu, il ne se soumet pas à la loi de Dieu, et il ne le peut même pas. » {Ro 8 : 7} Arrêtons-nous quelques instants. Pourquoi est-ce que le cœur charnel ne peut pas se soumettre à la loi de Dieu ? Parce qu’il est déjà soumis à quelle loi ? …à la loi de Satan, la loi de l’égoïsme. Il est tyrannisé par cette loi. Continuons à lire : « Pour les anges, il semblait n’y avoir aucune issue pour le transgresseur. Ils interrompirent leurs chants de louanges, et une atmosphère de deuil empli les assemblées célestes à la vue de la ruine que le péché avait provoquée. La race humaine n’était plus en harmonie avec Dieu et elle n’était plus sensible aux revendications de la loi de Dieu : seule la destruction l’attendait. Etant donné que la loi divine est aussi immuable que le caractère de Dieu, il ne pouvait y avoir aucun espoir pour l’homme à moins que ne soit conçue une solution par laquelle sa transgression serait pardonnée, sa nature renouvelée, et son esprit restauré pour refléter l’image de Dieu. L’amour divin avait conçu un tel plan. » {Amen} Loué soit Dieu pour cette dernière phrase. Amen ? {Amen} Loué soit Dieu pour ce plan. Il a été conçu dans le cœur et dans l’esprit de Dieu depuis l’éternité, il avait un prix infiniment élevé, mais ce plan existe, mes amis.

Quel est le but de ce plan ? Ecoutez la déclaration suivante ; elle résume le but du plan du salut de façon remarquable. Education pages 17 and 18 : « Dans l’infini de son amour et de sa miséricorde, Dieu avait conçu le plan de salut et accordé à l’homme une seconde chance. » Arrêtons-nous quelques instants. Accordé à qui ? … à Adam. Mais souvenez-vous, qui est Adam ? L’humanité. Et tout ce que Dieu a fait pour Adam, il l’a fait pour nous, car nous étions tous contenus et inclus en lui. Souvenez-vous de ce que nous avons étudié hier soir. Quel est donc le but de ce plan ? Continuons à lire… Une seconde chance ? « Restaurer en l’homme l’image de son Créateur, le rendre à la perfection pour laquelle il avait été créé, assurer le développement de son corps, de sa pensée, de son âme, pour que le plan divin de la création soit réalisé, devait être l’œuvre de la rédemption. »

Quel est le but du plan du salut, mes amis ? C’est de rendre l’homme à la perfection pour laquelle il avait été créé, de restaurer l’image de son Créateur en lui, dans son être tout entier, et c’est aussi pour cela que le développement du corps, de la pensée et de l’âme devait être encouragé. Voyez-vous, nous avions été créés à l’image de Dieu dans chaque dimension de notre être. Nous attestions de son image. Le péché a souillé et presqu’oblitéré l’image de Dieu dans chaque dimension de notre être. Mais le plan du salut a été conçu pour restaurer l’image de Dieu dans chaque dimension de notre être. Que Dieu soit loué pour un tel plan !

Remarquez comment l’apôtre Paul formule de façon succincte le but du plan du salut. On le retrouve dans 2 Thessaloniciens 2 : 13-14. C’est un passage remarquable. Il résume de façon très succincte le plan du salut dans son entier. Mais la chose sur laquelle je veux vraiment insister est le but de ce plan. Prenez avec moi le verset 13 : « Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que… »  Ensuite vient le court synopsis du plan du salut : « parce que Dieu vous a choisi dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité. C’est à quoi il vous a appelés par notre Evangile. » Nous avons donc ici un très beau résumé de l’ensemble du plan du salut, mais écoutez bien la suite, qui nous explique le but de ce plan. Quel est le but ?  « Pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ. » Bien, à présent, utilisez votre clé. Quel mot venez-vous d’entendre ? {Gloire} ‘Gloire,’ et à chaque fois que vous entendez ce mot ‘gloire,’ vous devez penser au mot ? {Caractère} ‘Caractère.’ Donc, je vous le demande, selon l’apôtre Paul, quel est le but du plan du salut ? C’est posséder à nouveau le quoi ? Le caractère de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Avec cet éclairage, comprenez-vous, chers amis, pourquoi la formation du caractère est véritablement l’œuvre la plus importante jamais confiée aux êtres humains ?

En effet, le but du plan du salut est d’être changé de gloire en gloire, grandissant d’une étape de la formation du caractère à l’autre (et c’est ce que veut dire de gloire en gloire). Pour les chrétiens, cela n’est pas optionnel, n’est-ce pas ? C’est l’essence même, le cœur, le centre de la définition du mot chrétien. Sachez-le ; sachez-le. Le but du plan du salut est de posséder la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ. Et ce plan, conçu dans le cœur de Dieu depuis l’éternité, a été mis en place au temps opportun, ou, selon les Ecriture, « lorsque les temps ont été accomplis, » {Ga 4 : 4} en envoyant le fils de Dieu effectuer une double mission. Prenez ceci en notre, il y a des marges dans le dossier à cet effet. Le plan du salut a été mis en place lorsque les temps ont été accomplis, en envoyant le fils de Dieu effectuer quoi ? Une double mission. Quelle était cette double mission ?

Numéro 1 : Il a été envoyé pour révéler la gloire de Dieu à l’homme.

Numéro 2 : Il a été envoyé pour restaurer la gloire de Dieu dans l’homme.

Vous avez suivi ? J’insiste : cela résume et englobe toutes les raisons pour lesquelles Christ a été envoyé par le Père. Oui, cela englobe l’ensemble du plan du salut. Quelle était cette double mission ? Le Fils a été envoyé pour révéler la gloire de Dieu à l’homme et pour quoi ? Pour restaurer la gloire de Dieu en l’homme. Bien, certains d’entre vous pourraient dire : « Eh bien, je pensais que le Fils avait été envoyé pour mourir pour nos péchés. » Alors oui, tout à fait. Mais cela fait partie de la révélation de la gloire de Dieu à l’homme. Amen ? Voyez-vous, la gloire de Dieu, c’est son caractère, et c’est son caractère qu’il a proclamé en prononçant son nom : « L’Eternel, l’Eternel, Dieu » quoi ? « …miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu’à mille générations, qui pardonne l’iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l’iniquité… » {Ex 34 : 6-7} Voyez-vous, Christ sur la croix révèle non seulement la miséricorde de Dieu mais aussi quoi ? La justice de Dieu. Dieu ne tient pas la coupable pour innocent, mais il lui pardonne. Comment ? De quelle façon ? En imputant leurs fautes à celui qui était innocent sur la croix. Et parce qu’il est mort pour nos péché, nous pouvons à présent vivre selon sa justice. Amen ? {Amen} Dans tout ce qu’il a fait, Jésus nous a donc révélé la gloire de Dieu.

Mais mes chers amis, s’il nous a révélé la gloire de Dieu, c’est afin qu’il puisse restaurer cette gloire en nous. Amen ? {Amen}S’il vous plaît, comprenez que le but de la révélation était de rendre la restauration possible. Et en effet, la restauration dépendait de la révélation. Pourquoi ? Eh bien, parce que c’est seulement en contemplant que nous pouvons être… changés. Il devait nous révéler la gloire de Dieu afin que nous puissions la contempler, et ainsi, être changé de gloire en gloire à l’image de ce que nous… contemplons. Vous comprenez ? S’il n’y avait pas eu de révélation, il ne pourrait pas y avoir de restauration. C’est sur ce plan à deux volets, révélation-restauration, que nous devons nous concentrer maintenant. Je veux d’abord étudier la phase de la révélation, et ensuite, par soucis d’équilibre dans ce séminaire, nous traiterons de la phase de la restauration et la façon dont nous pouvons y prendre part. Ok ? Ceci est juste un aperçu de ce que nous allons étudier.

La phase de révélation. Gardons ce contexte en tête et prenons 2 Corinthiens 4 : 6. 2 Corinthiens 4 : 6 : « Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera au sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. » Oh, j’aime ce passage. Vous avez entendu notre mot-clé, n’est-ce pas ? Imaginez la scène. La planète terre ainsi que la race humaine sont plongées dans l’ignorance du péché. Nous vivons dans l’obscurité, comme le dit le prophète Esaïe dans Esaïe 60. Vous vous souvenez, nous avons étudié ce passage. Nous sommes perdus, et la seule façon que nous avons de retrouver une relation salutaire avec Dieu est qu’une lumière resplendisse sur notre sentier. Que fait donc Dieu dans sa miséricorde infinie ? Il envoie son fils pour être cette lumière : « Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! A fait briller la lumière dans nos cœurs. » Une lumière qui fait quoi ? « …pour faire resplendir la connaissance de » quoi ? « …de la gloire de Dieu, »c’est-à-dire ? Le Caractère de Dieu. La faire briller où ? « …sur la face de Christ. » Voici ce que le Père a envoyé Jésus faire pour la race humaine : c’était pour révéler son caractère, pour révéler la lumière de son caractère prévenant.

Le passage dit « sur la face de Christ. » Cela est intéressant, car le caractère de l’homme est particulièrement visible sur son visage. La vie entière de Jésus était, bien entendu, une révélation du caractère de Dieu, mais c’est à travers sa contenance, que son caractère était tout particulièrement révélé. Dieu a envoyé son Fils pour révéler cette gloire, et le Fils a envoyé son Esprit pour restaurer cette gloire, pour rendre l’homme capable de voir cette gloire. Car comment juge-t-on des choses de l’Esprit de Dieu ? Spirituellement. Et l’homme naturel était incapable de voir la lumière de la glorieuse révélation du caractère de Dieu sur le visage de Jésus. Jésus a donc envoyé son Esprit afin que nous ayons ce discernement spirituel, cette capacité surnaturelle à voir cette lumière ; et ce même Esprit qui nous rend capable de la contempler, que fera-t-il ? Il nous changera en la même image restaurée en nous.

Jésus-Christ, page 332. Jésus-Christ, page 332 : « Son Esprit [celui de Jésus], développe en l’homme tout ce qui ennoblit le caractère et confère de la dignité à la nature ; pour la gloire de Dieu il le rétablit dans son corps, son âme et son esprit. » Vous voyez, l’être humain dans son ensemble est concerné. Nous glorifions donc Dieu, même avecnotre quoi ? Notre corps. {1 Co 6 : 19-20} Continuons à lire : « ‘Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse.’ 2 Timothée 1 : 7.  Il nous a appelés à posséder ‘la gloire,’ c’est-à-dire » le quoi ? « le caractère » et ce n’est pas moi qui l’aie ajouté, mais l’Esprit de Prophétie, « c’est-à-dire le caractère ‘de notre Seigneur Jésus-Christ.’ Il nous a appelés ‘à être semblables à l’image de son Fils.’ » Cela se trouve dans 2 Thessaloniciens 2 : 14 et dans Romains 8 : 29. Le Père a donc envoyé le Fils pour révéler sa gloire. Le Fils envoie l’Esprit pour restaurer cette gloire.

Quel rôle avons-nous à jouer dans ce processus ? Comment collaborons-nous ? En contemplant la gloire. Vous vous en souvenez ? Notre texte clé est dans 2 Corinthiens 3 : 18 dit : « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes » quoi ? « …transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. » Mes chers amis, cette restauration n’est possible que si nous contemplons la révélation. Et c’est précisément pour cette raison que Dieu a envoyé son Fils pour révéler sa gloire aux hommes : pour qu’il puisse capter l’attention de l’homme et que l’homme dirige son esprit vers cette révélation, et qu’ainsi, la gloire qu’il contemple en Jésus-Christ soit restaurée en lui. C’est pour cela que Dieu a envoyé son Fils.

A présent, j’ai une question. Réfléchissez là-dessus avec moi. S’il est essentiel de contempler la révélation de la gloire de Dieu en Christ afin que cette restauration s’opère en nous, comment est-ce que les gens qui vivait avant que Jésus ne vienne révéler la gloire étaient-ils restaurés de gloire en gloire ? C’est une question légitime, non ? N’y a-t-il pas eu une période durant laquelle la race humaine avait désespérément besoin d’être transformée de gloire en gloire, avant que Christ ne vienne révéler cette gloire ? Une telle période n’a-t-elle pas existée ? Oui, elle a existé, et elle a en fait durée 4000 ans. N’est-ce pas ? 4000 ans après la chute, Christ s’est incarné pour révéler la gloire de Dieu aux hommes. Ma question est donc de savoir comment les gens étaient transformés de gloire en gloire avant cela. Avant l’incarnation, comment était-ce possible ? C’est bien, j’ai entendu une réponse légitime. L’avez-vous entendue ? « Dans le sanctuaire et ses services. »

Vous vous souvenez de notre leçon sur les sept façons par lesquelles Dieu nous révèle sa gloire ? Qu’y avait-il parmi ces sept façons ? Le sanctuaire et ses services. La Bible dit que « le parvis fut rempli de la gloire de l’Eternel. » {Ez 10 : 4} David dit qu’il contemple Dieu dans le sanctuaire, parce que c’est là que demeure sa gloire. {Ps 63 : 3} Oui, en contemplant le caractère de Dieu tel qu’il est révélé dans le sanctuaire et ses services, les hommes vivant avant l’incarnation de Jésus étaient changés en la même image que ce qu’ils contemplaient, de gloire en gloire.

Mais, attendez une minute. N’y a-t-il pas eu une époque où le sanctuaire et ses services n’étaient pas encore établis ? Comment étaient-ils donc transformés avant la mise en place du sanctuaire et de ses services ? Comment étaient-ils transformés de gloire en gloire ? Il fallait bien qu’ils contemplent la gloire. Cela est indispensable si quelqu’un veut être changé. Comment alors ? A travers la nature, bien. Mais la révélation de la nature est-elle suffisante pour nous sauver ? Non, car elle est souillée, déformée et ternie à cause du péché. Une révélation naturelle n’était pas suffisante ; il faut aussi une révélation surnaturelle. Donc comment les hommes étaient transformés avant la mise en place du sanctuaire et de ses services ? Ok. Par la transcription du caractère de Dieu, qui a été donné sur le Mont Sinaï, mais cela est arrivé assez tard, juste avant le sanctuaire et ses services en fait. Bien. Bien. J’ai entendu la réponse que je cherchais. L’avez-vous entendue ? « A travers le système sacrificiel. »  Le sacrifice de l’agneau. Amen ? {Amen}

Mes chers amis, je veux que vous preniez avec moi mon verset favori, ou plutôt un de mes versets favoris. C’est vraiment l’un de mes versets favoris. Il se trouve dans Genèse 3, au verset 21. Genèse 3, verset 21 : « L’Eternel fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. »

Je vous imagine en train de vous dire : « C’est ça son verset préféré ? Il a un problème ou quoi ? Comment quelqu’un peut préférer ce verset ? » C’est ce que vous vous disiez, n’est-ce pas ? Mes chers amis, ce verset est d’une beauté profonde. Sa beauté n’est pas visible au premier abord, n’est-ce pas ? Mais c’est comme cela avec l’ensemble des Ecritures. S’il vous plaît, ne vous contentez pas de lire les mots de façon superficielle. Demandez à Dieu le discernement spirituel pour vous aider à voir ce qui est réellement communiqué à travers ces mots. M’autorisez-vous à partager avec vous les raisons pour lesquelles ce verset est mon préféré… ou l’un de mes préférés ? Etes-vous prêts pour cela ?

Mes chers amis, je veux que vous voyiez comment, depuis le tout début, depuis le jour même où l’homme a péché, Dieu a donné une révélation surnaturelle de sa gloire, de son caractère. Vous êtes prêts ? Remontez vos manches, car cela va aller très vite. L’Eternel fit des habits de peau pour Adam et sa femme et il les en revêtit. Ils avaient de toute évidence besoin de vêtements. Pourquoi ?  Parce qu’ils étaient quoi ? {nus} Eh bien pas tout à fait. A ce moment, ils portaient des vêtements inadéquats. De quoi étaient faits ces vêtements ? {de feuilles de figuier} …de feuilles de figuier. Pourquoi étaient-ils revêtus de feuilles de figuier ? Parce qu’avant qu’ils ne portent ses feuilles, ils étaient… nus. Est-ce que Dieu les a créés nus ? Il les a créés et vêtus d’un vêtement de lumière et de protection. {EDJ 188.5} Ils étaient à l’image de Dieu, et les Ecritures précisent que Dieu s’enveloppe de lumière comme d’un manteau. {Ps 104 : 2} Quelle était la source de cette lumière ? Suivez bien. Ils demeuraient dans l’abondance de l’Esprit de Dieu. Vous me suivez ? Et la présence constante de l’abondance de l’Esprit de Dieu se manifestait par une lumière qui entourait le temple qu’est le corps.

Cela est très similaire à ce qui s’est passé quand le tabernacle dans le désert du Sinaï a été rempli de la présence de Dieu. Comment les enfants d’Israël ont su que Dieu était là ? Le tabernacle était enveloppé de la Shekina ; la gloire émanait de cette tente. Vous suivez ? Il en est de même pour la tente humaine, le tabernacle humain que Dieu a construit avec l’intention de le remplir de sa présence. C’est ce qu’il a fait, et il le pouvait parce que ce tabernacle était sans péché quand il l’a créé.

Continuons. Quand Dieu a créé l’humanité, il l’a doté du libre-arbitre, n’est-ce pas ? Nous l’avons déjà mentionné auparavant. En faisant cela, Dieu a pris un risque. Mais il était prêt à prendre ce risque parce qu’il n’était satisfait que si ses créatures l’aimaient librement. Quand on s’arrête pour réfléchir là-dessus, on se rend compte que ce choix est satisfaisant pour nous aussi. Est-ce que vous apprécieriez avoir un robot programmé pour dire chaque matin au réveil : « Je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime, » dix fois ? Est-ce que vous apprécieriez cela ? Non. Pourquoi ? Parce que ce robot est incapable de faire autre chose. Voyez-vous, mes chers amis, le seul amour qui nous satisfait vraiment, c’est l’amour qu’on ne nous force pas à ressentir. Et il en est de même pour Dieu. Pour que les êtres humains soient capables de l’aimer librement, il a dû leur donner le libre-arbitre. Mais en leur donnant ce libre arbitre—et cela est extrêmement important—il leur a aussi garanti qu’il accepterait leur choix.

Cela est crucial… C’est le fondement de la question de la justice. La justice dit : « Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » {Ga 6 :7} Mes amis, cette garantie est impérative pour quiconque possède le libre-arbitre. Si Dieu disait : « Ecoutez, je vous donne la capacité de choisir ; vous pouvez choisir ce que vous voulez, mais je ne suis pas sûr de respecter ce choix, » cela serait inutile. Ce serait une arnaque. Donc quand Dieu nous a doté du libre-arbitre, il a dit : « Ecoutez, prenez ce libre-arbitre au sérieux, faites-en un usage raisonné, car j’honorerai le choix que vous ferez. »Vous suivez ce que je dis ? …c’est seulement de cette façon que nous pouvons réellement jouir de ce libre-arbitre

Alors, Dieu a donné à l’homme un choix pour éprouver son caractère, pour éprouver sa loyauté et aussi pour l’aider à former son caractère. Quel était ce choix ? Un arbre unique planté au milieu du jardin et appelé « l’arbre de la connaissance du bien et du mal. » L’homme n’était pas autorisé à manger de cet arbre ; et Dieu a dit : « le jour où tu en mangeras, tu mourras. » {Ge 2 : 17} Vous connaissez cette histoire… Je ne peux pas entrer dans les détails, même si j’aimerais pouvoir le faire. Mais ils choisirent de faire quoi ? De manger de cet arbre.  Par conséquent, que choisirent-ils ? A votre avis… Que choisirent-ils ? Ils choisirent la mort.

Et au fait, est-ce que c’était une décision arbitraire pour Dieu de dire : « le jour où tu en mangeras, tu mourras »? Non. Pourquoi ? Parce que, suivez bien : choisir de manger de cet arbre, c’était choisir de se rebeller contre l’autorité de Dieu, c’était rejeter l’autorité de Dieu. Et, mes chers amis, il est impossible de rejeter l’autorité de Dieu… sans rejeter Dieu lui-même. Pourquoi ? Pare que Dieu est notre Auteur. C’est pour cela qu’il est notre autorité. Est-ce que vous suivez cela ? Il nous a fait ; il nous a créé. C’est pour cela qu’il a autorité sur nous. Donc, rejeter l’autorité de Dieu, c’est rejeter Dieu ; et Dieu est la seule source de quoi ? De la vie ! Par conséquent, quand une personne choisit de rejeter Dieu, que choisit-elle ? La mort ! Est-ce que vous me suivez ? {Oui}

Alors, que s’est-il passé quand ils ont choisi de manger de ce fruit ? La Bible le raconte dans Genèse chapitre 3. Prenons ce chapitre rapidement. Nous aurons seulement le temps que d’effleurer ces points car je veux en arriver à mon verset préféré, mais il faut établir le contexte. Genèse 3 : 7. A quel moment cela se passe-t-il ? Prenons la dernière phrase du verset 6 : « elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. » Cela est très intéressant. Il y ici une chose très importante. C’est n’est que quand Adam a mangé, et pas avant, que quand il a mangé, qu’il se passa quoi ? « Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient » quoi ? « nus. »

Qu’est-ce qui s’est passé à ce moment ? Dieu a honoré leur choix. Au début, en tout cas. Suivez bien. Ils ont choisi de rejeter Dieu. Par conséquent, qu’est-ce qui s’est éloigné d’eux ? L’Esprit de Dieu ; et avec lui, qu’est ce qui a disparu ? Sa manifestation, le manteau de lumière, la Shekina. Est-ce que vous suivez ? Ils se regardent donc, et ils réalisent qu’ils sont quoi ? Nus. Et ils paniquent. Pourquoi ? Parce que, comme l’indique le verset suivant, c’était le soir.

J’ai à ce sujet une opinion personnelle, d’accord ? Il faut que je sois clair, je n’ai aucun texte confirmant cette opinion. Donc je préfère vous dire d’emblée que cette opinion est personnelle. J’aime à croire que cette scène se passe un vendredi soir, juste avant le coucher du soleil. Plusieurs choses me portent à le croire. Nous savons que la scène se passe « vers le soir » selon le verset qui suit. {Ge 3 : 8} Je crois que cela se passe un vendredi soir et que le Seigneur, leur Créateur, le maître du sabbat, arrive afin de saluer le sabbat avec eux.

Mais en se regardant, et en regardant l’autre, ils paniquent. Ils ne sont pas présentables. Ils essayent donc de se rendre présentables. Que font-ils ? Nous le lisons le reste du verset 7, qui dit ? « et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des » quoi ? « des ceintures. » Ils essayent désespérément de remplacer le manteau de lumière et de se rendre présentables. Est-ce que vous imaginez la scène ? C’est le premier exemple de la justification par les œuvres. N’est-ce pas ? Absolument, la justification par les œuvres. Ce comportement est typique de l’humanité. C’est un exemple typique de la nature humaine. Ce ne sont pas là deux individus qui n’ont rien à voir avec nous. C’est nous que nous devons voir en eux. Depuis ce moment, c’est de cette façon dont nous nous comportons. Vous me suivez ? L’admettez-vous ? Nous essayons constamment de nous rendre présentables par nos propres efforts. C’est la justification par quoi ? Par les œuvres. Nous essayons de nous rendre présentables. Aujourd’hui, nous avons des moyens plus sophistiqués que des feuilles de figuier. Mais le principe reste le même. Vous me suivez ?

Et nous pouvons bien imaginer à quel point un vêtement en feuilles de figuier devait être inconfortable après avoir été habitué à porter un manteau de lumière. Mais je pense que leur inconfort physique n’était rien à côté de leur inconfort spirituel et de leur conscience coupable. Regardons ce qui se passe ensuite. Est-ce que ces vêtements sont vraiment appropriés, est-ce qu’il les rend assez présentables pour se tenir en présence de Dieu ? Verset suivant. Juste après avoir fabriqué ces vêtements, qu’entendirent-ils ? « Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir. » Le soir. Avant, quand ils entendaient Dieu arriver, ils accouraient à sa rencontre pour le saluer, l’étreindre et lui exprimer leur amour et leur reconnaissance pour toutes les nouvelles choses de la création qu’ils avaient découvertes dans la journée ou dans la semaine.

Mais cette fois-ci, ils coururent dans quel but ? Dans le but de se cacher. « …et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu au milieu des arbres du jardin. » Oh, mes chers amis, voyez-vous l’effet radical et instantané que le péché a sur la relation entre Dieu et l’humanité ? Ils courent se cacher. Ils ont peur. Pouvez-vous imager combien la douleur de Dieu a été grande ? Il est difficile d’imaginer à quel point cela a dû le blesser. Il a hâte de les retrouver, il les aime de tout son être. Il veut pour eux ce qu’il y a de meilleur, mais ils courent loin de lui. Cela a dû lui briser le cœur… Mais que fait-il ? Oh, j’aime l’image que ce verset nous donne de Dieu. Verset 9 : « Mais l’Eternel appela l’homme et lui dit : Où es-tu ? » Le texte hébreu laisse entendre que Dieu les appelle à plusieurs reprises. « Où es-tu ? Où es-tu ? Adam, où es-tu ? Où es-tu ? Je veux que tu reviennes ! » Vous savez ce que je lis dans ces mots ? «Même si tu m’as rejeté, moi, je ne t’ai pas rejeté. » {Amen} « Adam, je veux que tu reviennes ; Adam, j’ai un plan. J’ai conçu un moyen, qui me coûtera tout, mais laisse-moi te l’expliquer, laisse-moi te le montrer. Il y a un espoir. Laisse-moi te donner l’Evangile, Adam. Où es-tu ? » Et il continue à les chercher jusqu’à ce qu’il les trouve.

Où les trouve-t-il ? Cachés dans le recoin le plus profond, le plus sombre du jardin ; et quelle est la réponse d’Adam ? « Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu et je me suis caché. » Très intéressant… Même s’il porte ses vêtements de feuilles de figuier, que confesse-t-il ? Il confesse qu’il est nu. Qu’est-ce que cela révèle sur l’efficacité des feuilles de figuier ? Est-ce qu’elles peuvent nous convaincre que nous sommes bien habillés quand nous nous tenons en présence de l’Eternel Dieu ? Elles ne servent à rien. Vous m’entendez, mes chers amis ? S’il vous plaît, s’il vous plaît, reconnaissez qu’en faisant cette confession, Adam avait une bonne longueur d’avance sur l’Eglise de Laodicée. Est-ce que vous comprenez ce que je suis en train de vous dire ? Quel est notre problème ? Nous sommes si aveuglés, que nous pensons que nous sommes riches, que nous nous sommes enrichis, et que nous n’avons besoin de rien, et nous ne nous rendons pas compte que nous sommes malheureux, misérables, pauvres aveugles et nus. {Ap 3 :17} Voilà pourquoi l’état de Laodicée est si effrayant. Au moins, Adam reconnaît que les feuilles de figuiers ne servent à rien. Que Dieu nous aide à reconnaître que notre vêtement souillé {Es 64 : 5} ne sert à rien. Amen ? {Amen}

Qu’est-ce qui a aidé Adam à se rendre compte qu’il était nu ? Un aperçu de l’Eternel Dieu. La même chose qui a aidé Saul de Tarse à se rendre compte que son vêtement souillé ne servait à rien lorsqu’il a rencontré Jésus sur la route de Damas. Saul, qui ce jour-là, était parti de Jérusalem riche, enrichi, et sans avoir besoin de rien, est devenu le premier des pécheurs, {1 Ti 1 : 15} titubant tant bien que mal jusqu’à Damas parce qu’il avait rencontré Jésus en chemin. Nous avons besoin de faire la même expérience. Amen, mes frères et sœurs de Laodicée ? Nous avons besoin de faire la même expérience. Que Dieu nous aide à rencontrer l’Eternel Dieu pendant que nous avons encore le temps de nous revêtir du bon vêtement ! Le temps est court !

Adam reconnaît qu’il était nu, mais est-ce qu’il accepte d’en prendre la responsabilité ? Il le confesse, mais est-ce qu’il se repent entièrement ? Non, et le fait est que même si Dieu désire le revêtir et lui donner son salut, il ne peut pas le faire si Adam ne se repend pas réellement. Est-ce que vous suivez ? Il doit assumer ses responsabilités quant au fait qu’il soit nu. D’où les questions qui suivent. Verset 11 : « Qui t’as appris que tu étais nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? » Dieu lui indique ce qu’il doit faire. Il désire qu’Adam assume ce qu’il a fait, afin qu’il soit pardonné. Mais que répond Adam ? « C’est la faute de la femme. » Il ne blâme pas seulement la femme… Ce n’est pas la citation exacte ; Si seulement il s’était contenté de blâmer la femme. Que dit le verset, exactement ? « La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. » Adam ! Vous entendez ce qu’il est en train de faire ? Il est en train de blâmer Dieu et la femme. Il est en train de dire : « Si tu m’avais donné une meilleure femme, cela ne serait pas arrivé. Tu m’as donné un produit défectueux. C’est de sa faute, c’est de ta faute, mais ce n’est pas de ma faute ! » Mes amis, voici un exemple de la nature humaine à l’œuvre. Pouvez-vous l’admettre ? C’est nous. C’est Adam, c’est l’humanité. C’est ce qui nous caractérise tous. C’est pour cela que nous pensons que nous sommes riches, enrichis, et que nous n’avons besoin de rien.

Dieu, espérant, désirant entendre une meilleure réponse, se tourne vers la femme. Et que dit-il ? « Pourquoi as-tu fait cela ? » Verset 13. Et que répond-elle ? « C’est la faute du serpent ! » « Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. » Elle n’est pas aussi effronté qu’Adam, mais elle l’insinue : « Et au fait, Dieu, c’est toi qui as permis au serpent d’être dans l’arbre. Tu as permis ces circonstances. C’est ce la faute du serpent, c’est de ta faute, mais ce n’est pas de ma faute. »

Qui sont les quatre boucs émissaires sur lesquels nos premiers parents et nous-même rejetons la faute depuis la chute ? Dieu, les autres, Satan et les circonstances. Mais sur qui ne rejetons-nous par la faute ? Sur qui ? Sur nous-mêmes.

L’Eternel Dieu désire de tout son cœur pardonner nos parents rebelles, et leur offrir un espoir, un vêtement. Mais il ne peut pas le faire s’ils ne se repentent pas. Comment va-t-il parvenir à les pousser à la repentance ? Paul l’exprime ainsi dans Romains 2 :4 : Ne reconnais-tu pas « que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? » Qu’est-ce qui pousse à la repentance ? La bonté de Dieu. Donc que se met à faire Dieu pour pousser ces êtres humains rebelles à la repentance ? Il se met à prêcher l’Evangile pour la toute première fois. Qu’est-ce que l’Evangile ? L’Evangile est la bonne nouvelle de la bonté de Dieu envers des pécheurs qui ne la méritent pas. Voilà ce qu’est l’Evangile. {Amen} Et vous vous dîtes peut-être : « Il prêche l’Evangile pour la toute première fois ? » Dans le verset 14 et suivant, on lit la malédiction prononcée sur le serpent. « Comment ça il prêche l’Evangile pour la première fois ? » Et bien, il est vrai que cela n’est pas une bonne nouvelle pour le serpent. C’est même une très mauvaise nouvelle pour lui. Mais une mauvaise nouvelle pour le serpent équivaut à une bonne nouvelle pour nous. Amen ? {Amen} Nous trouvons ici la toute première prédication de l’Evangile ; et j’aimerais prendre le temps de l’explorer dans le détail, mais nous devons entrer dans le vif du sujet.

Au milieu du sermon, que dit Dieu ? « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité. » « Celle-ci, » dans le texte hébreu fait référence à un pronom au masculin du singulier, à un homme en particulier dans la postérité de la femme, « celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras » quoi ? « …le talon. » C’est ici la première prophétie qui annonce quoi ? Un Sauveur qui viendra pour délivrer l’homme de la tyrannie du péché et de Satan en écrasant sa tête, la tête du serpent ancien, appelé le diable. Voyez-vous, depuis le commencement, Satan avait été identifié au serpent, parce qu’il l’a utilisé comme un intermédiaire à travers lequel il a pu tromper la race humaine. Et quand l’Eternel Dieu prononce la malédiction sur le serpent, à qui s’adresse-t-il en réalité ? Au serpent ancien, appelé Satan. {Ap 12 : 9} Et c’est ici une illustration très profonde : ce qui arrive au serpent, l’animal, fait écho à ce qui arrive à Satan sur le plan spirituel. Fascinant… Oh, si seulement nous avions le temps d’explorer cela plus en détails… Mais nous ne le pouvons pas.

Venons-en à cette « postérité, » cette « postérité » spéciale qui écrasera la tête du serpent. Elle doit naître de qui ? De la femme. Et où est-ce que cette promesse s’est accomplie, mes amis ? Où a-t-elle été accomplie ? Elle a été accomplie à Golgotha. Que signifie le mot ‘Golgotha’ ? « Lieu du crâne. » {Je 19 : 17} N’est-ce pas merveilleux ? Dieu nous fait savoir de façon claire que ce qui s’est passé à Golgotha est l’accomplissent de cette toute première promesse. Lorsque la croix a été lâchée sur le mont Golgotha, le crâne de Satan a été écrasé. Amen ? {Amen} Oh frères et sœurs, le voyez-vous ? Cet acte qui a blessé le talon de notre Sauveur l’a aussi conduit au tombeau. Mais le serpent ne pouvait pas écraser la tête du Christ {MC1299.3}, il ne pouvait pas l’entraîner dans le moindre péché, même en pensé ; le sépulcre ne pouvait donc pas le retenir, et il ressuscita. {Amen} Mais la blessure qui a été infligée au serpent est une blessure dont il ne pourra jamais se relever. Sa tête est écrasée. Amen ? {Amen} Tout cela arriva à Golgotha.

Comment est-ce que sa tête a été écrasée ? Suivez attentivement. Réfléchissez avec moi. Le pouvoir que Satan avait sur la race humaine avait été acquis et pouvait être maintenu seulement par sa capacité à nous tromper. Vous m’entendez ? C’est à travers des mensonges que nous fûmes soumis à l’esclavage du péché, du moi et de Satan. C’est pourquoi quand Jésus est venu, il a dit : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité » vous fera quoi ? « …vous affranchira. » {Jn 8 : 32} Amen ? {Amen} … et quels étaient les premiers mensonges par lesquels Satan nous a réduit en esclavage ? Il a menti sur le caractère de Dieu et sur la conséquence du péché. Cela ressort très clairement dans la conversation qui a eu lieu au pied de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le caractère de Dieu et la conséquence du péché.

Où est révélée la vérité à propos de ces deux choses ? En Christ, et en Christ crucifié. Amen ? Nous voyons la vérité ultime à propos du caractère de Dieu et de quoi ? De la conséquence du péché. Et pour ceux qui connaissent la vérité, le pouvoir trompeur de Satan est brisé. Sa tête est écrasée, et nous sommes libérés. Amen ? {Amen} Satan est un ennemi vaincu. Amen ? {Amen} Sa tête a été écrasé. C’est un fait historique.

A présent, certains d’entre vous peuvent penser : « Attendez une minute, comment se fait-il qu’il soit apparemment bel et bien vivant sur la planète terre ? » Oh, mes chers amis, ne nous laissons pas avoir par les apparences. Quand on écrase la tête d’un serpent (l’animal) que se passe-t-il ? Dîtes-moi, que se passe-t-il ? Sa queue continue à s’agiter pour un bon moment. La tête de Satan a été écrasée. C’est un serpent mortellement blessé. Je vous en supplie, ne vous laissez pas entraîner dans l’étang de feu par la queue frétillante d’un serpent mortellement blessé. Christ a conquis notre ennemi, et en lui et par lui, nous l’avons aussi conquis, quand nous venons à la croix et que nous l’acceptons, lui et ce qu’il a fait ; ce qu’il a fait pour nous. Quelle précieuse bonne nouvelle. Quel précieux Evangile. Est-ce qu’il remplit son rôle ?

Ecoutez. Dieu prononce ensuite la malédiction sur la femme et sur l’homme. Et à propos de l’homme, que dit-il ? Verset 19 : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » Qu’est-ce que Dieu est en train de dire ? Qu’il va faire quoi ? Qu’ils vont faire quoi ? Qu’ils vont mourir. Il réitère l’avertissement qu’il leur avait donné. « Car le jour où tu en mangeras, » tu feras quoi ? « …tu mourras. » {Ge 2 : 17} Est-ce qu’ils sont morts le jour où ils en ont mangé ? Non, ils ne sont pas morts. Pourquoi ? Est-ce que Dieu ne leur avait pas dit la vérité. Pourquoi ne sont-ils pas morts le jour où ils en ont mangé ?

Ecoutez et suivez attentivement. Comprenez bien. Alors que la condamnation à mort raisonne encore à ses oreilles, que fait Adam ? « Adam donna à sa femme le nom d’Eve : car elle a été la mère de tous les vivants. » En hébreu, le mot ‘Eve’ veut dire vie. Adam, mais qu’est-ce que tu fais ? Comment se fait-il que tu nommes ta femme ‘vie’ juste après que Dieu t’a dit que tu mourras ? Est-ce un acte de provocation ? Est-ce qu’il est en train de serrer les poings et de dire : « Je refuse ce verdict. Je vais nommer ma femme ‘vie’ juste pour te provoquer. » Est-ce là ce qui se passe ? Non, mes amis, pas du tout.

Qu’est-ce qui est donc à l’œuvre ? La foi est à l’œuvre. Amen ? Il a entendu l’Evangile. Il l’a compris. Il l’a saisi, et il y croit. Comment le savons-nous ? Eh bien, de qui devait naître la « postérité » qui écraserait la tête du serpent ? De la femme. Et Adam pense qu’il s’agit de qui ? De sa femme. Pouvez-vous le blâmer ? Il n’y a pas d’autres candidats. Dieu n’a pas dit « Ce n’est pas avant 4000 ans qu’elle arrivera et elle s’appellera Marie. » Il a simplement dit : « la postérité de la femme, » et Adam pense bien sûr qu’il s’agit de sa femme. Que fait-il donc en la nommant Eve ? Il la nomme en honneur du Messi promis. Amen ? {Amen} Sa foi a saisi l’Evangile, il a fait preuve de foi. Car en effet, la foi sans les œuvres est quoi ? Morte. {Ja 2 : 17} Il nomme donc sa femme en l’honneur de cette postérité. Et mes chers amis, à ce moment, l’Eternel Dieu peut le considérer comme justifié par quoi ? Par la foi.

Comprenez-vous ainsi l’importance du verset qui suit ? « L’Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau. » {Ge 3 :21} Il décrit la mise en place du système sacrificiel. Eh oui ! Le chapitre suivant, la querelle entre Caïn et Abel, tout cela traite de ce qui constitue un sacrifice acceptable. Et quand est-ce que cela a été établit ? Le jour où l’homme a péché ! Le jour où il en avait le plus besoin. En effet, Dieu avait dit : « Car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » {Ge 2 : 17} La seule raison pour laquelle l’homme n’est pas mort le jour où il en a mangé est que l’agneau a été immolé dès la fondation du monde. {Ap 13 :8 NKJV} Amen ? {Amen} Et dans cet agneau sacrificiel avec lequel le vêtement de peau a été fait, symbole de la robe de justice, dans cet agneau nous est révélé l’Agneau de Dieu dans toute sa magnificence. Amen ? {Amen} Et en contemplant ce sacrifice, en contemplant la miséricorde, la justice de Dieu révélée dans cet agneau, nous somme quoi ? Transformés. Quand l’antitype de l’agneau est enfin venu, comment est-ce qu’il a été présenté par Jean-Baptiste ? « Voici l’agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » {Jn 1 :29} Oh, s’il vous plaît, contemplez-le; et en le contemplant, vous serez transformés. Levons-nous pour la prière.

Notre Père qui est au ciel, je te remercie tant de ce que, depuis le tout début, tu nous as révélé ta gloire en mettant en place le système sacrificiel. Et tout ce que nous voyons dans l’agneau immolé, ta justice, ta miséricorde, ton amour, ton caractère, tout cela est merveilleusement représenté. Aide-nous à contempler l’agneau, afin que nous soyons transformés. Merci de nous révéler ta gloire dans l’agneau immolé, afin qu’à travers cet agneau, tu puisses restaurer ta gloire en nous. Nous te louons et te remercions au nom de Jésus. Amen.

 

0

Your Cart